Paix aux hommes de bonne volonté…

Aucune raison de se révolter ?
Aucune raison de bouger son cul ?
Aucune raison de s’énerver ?
Je ne suis personne
Je ne peu rien faire
Personne n'écoute
Je suis trop idiot (d’ou mon orthographe défaillant, pardon)
Je ne suis bon qu’a produire et à fermer ma gueule

Pensez vous vraiment que c’est ce que je pense ?

Oui, c’est ce que je me dit tout les jours en découvrant les infos et en réalisant quelle vie je vie, quelle vie nous vivons, quelle vie nos enfants vont avoir.

La tristesse m’envahi alors et je me met en colère dans mon coin en ne faisant rien, comme d’habitude, parce que je ne peu pas, parce que je ne sais pas si cela sera utile ou si j’en suis capable.

Mais à des moments dans l’histoire y a un mec qui à dit « ça suffit » et a pris la décision de faire ce que personne ne voulais faire, ce que personne ne pouvais faire, ce en quoi personne ne croyais.

Aujourd’hui, je me demande s’il est encore possible de faire comme s’il ne se passait rien, comme si quelqu'un d’autre allait faire le premier pas.
Cela fait tellement longtemps que j’attend ce premier pas, que j’appel de mes voeux un réveil de la conscience.

Si rien n’arrive alors rien de sera fait. Si rien n’évolue alors nous nous affaiblirons et nous disparaîtrons en laissant une folie aux générations suivantes.

L’habitude tue le progrès.
Si rien n’est tenté, essayé, proposé, alors l’existant vieilli, perd pied, s’affaibli, devient moins réactif et moins efficace, voir dangereux pour lui même mais aussi et surtout pour les autres.

« Le peuple » à toujours gagné face à la menace, cela a souvent pris des chemins détournés mais au final c’est lui qui obtient ce dont il a besoin et qui lui fait du bien.

L’expérience comme l’histoire sont le moyen d’apprendre ce qui fonctionne ou pas, ce qui est bon ou mauvais.

Vous qui lisez ces lignes, vous vous dites surement que c’est n’importe quoi et que le mec derrière le clavier n’y connait rien.
Vous aurez surement raison. Mais voila, je sens en moi le moment ou il devient important d’écrire et de dire qu’il faut réagir, bouger, évoluer, tester, envisager autre chose.

Je vis en France, je travail en France, je paie mes impôts en France, je suis un bon Français depuis ma naissance… enfin j’essaie.
Mais cela signifie t’il encore quelque chose aujourd’hui ?
Le moins que l’ont puisse dire c’est que la situation ne s’arrange pas et que malgré les partis, malgré les soit disants experts économico-politico-branleurs qui foirent à chaque idée, ce système grince, tourne en rond, s’emballe et se perd lui même dans ses contradictions.
Quand les pièces d’un moteur sont usées ont les remplaces et éventuellement ont en utilise de meilleurs, plus solides, mieux étudiées, basées sur l’expérience des précédentes.

Le proverbe dit « pour vivre heureux vivons cachés », mais même cela vous ne le pouvez plus.

Depuis plusieurs années, lentement et surement, nos libertés, nos vies privées, nos capacités à manger, dormir, travailler, gagner 3 sous, éduquer ou s’exprimer librement diminuent comme neige au soleil sous le pilotage bienveillant de pouvoirs successifs corrompus, soumis, riche, impunis et protégé.

Sous couvert de nous empêcher de mourir, pour notre sécurité, pour le bien public, pour la solidarité, pour faire fonctionner ce système ou pour combler les déficits ou les trous de la sécu… nous devons suivre des règles qui clairement ne fonctionnent pas !
Cela ce verrait au bout de 50 ou 60 ans de politiques sortis du même moule si ça marchait !

Voila pourquoi il est temps d’arrêter d’êtres aux ordres, d’êtres aveugles ou de vivre avec des œillères.

Comme dans un moteur qui cale, tout n’est pas à jeter, mais l’on ne fait pas 600 km de plus en ayant rafistolé avec du scotch.

La meilleur solution c’est de revenir au garage, à la base, de faire un diagnostic sur ce qui marche encore et ne marche plus. Sur ce qui est sauvable ou sur ce qui doit être éliminé.

Retournons aux fondamentaux, faisons des choix, assumons nos erreurs, prenons nos responsabilités, réveillons nous bordel !

Si rien ne bouge, nous ne bougerons bientôt plus par manque de bonne volonté.